jeudi 15 juillet 2010

Epidaure : le théâtre


Le théâtre d'Epidaure, c'est d'abord une émotion. Lorsqu'après avoir gravi quelques marches, on débouche sur la place et qu'apparaît le demi-cercle des gradins dans toute sa majesté, on en a le souffle coupé. L'harmonie réside non seulement dans les proportions, mais surtout dans son insertion complète dans le site naturel. On ne peut dissocier le théâtre de la nature qui l'entoure.

Lorsqu'on pénètre dans le cercle du choeur, on ploie sous le poids de ces gradins si présents et en même temps, la perspective en éventail laisse une impression de grande ouverture. 


On gravit les marches, bien sûr, et plus on grimpe, plus le théâtre semble s'élargir. On se retourne, on s'assied au tout dernier rang, et l'on en a presque le vertige. 

Heureusement, le regard peut s'accrocher aux montagnes, qui dans le lointain semblent refermer le cercle.

Vient alors le temps de s'intéresser à un détail, à un reste de "fauteuil", à l'usure d'une pierre... 


Ce n'est qu'ensuite, qu'on s'intéresse à l'histoire du théâtre, à son architecture, à son organisation. Inutile que je recopie ce qui est déjà largement développé sur le Net, notamment ici.

Mais un théâtre, c'est d'abord un endroit où l'on présente des oeuvres, comédies ou tragédies. Le théâtre antique suivait des règles bien précises que vous pourrez découvrir dans ce très bon article de Wikipédia.

Depuis 1954, le théâtre d'Epidaure revit grâce au festival qui s'y tient en juillet et en août et je ne peux que vous inciter à planifier d'être dans la région un vendredi ou un samedi soir durant ces mois-là, pour apprécier pleinement la magie de ce lieu.

7 commentaires:

  1. Bel article, qui fait envie de voir - ou revoir - cet endroit magique !

    RépondreSupprimer
  2. Quelle architecture, quel génie, quel amour du théâtre doit-on posséder pour réaliser de tels ensembles. Il y a une générosité dans la démarche et je voudrais remonter jusqu'à la source de l'idée créatrice pour mieux comprendre. Nous vivons tellement dans l'évidence et dans un monde actuel où la pérennité des constructions recule devant le profit. Ces lieux de mémoire devraient aussi en dehors de nous faire rêver, nous rappeler que, sans être passéiste, il est des réalités à ne pas oublier totalement.
    Je trouve ton reportage plein d'enseignements et très réussi,

    Roger

    RépondreSupprimer
  3. Les lieux historiques retrouvent souvent leur souffle lors des festivals! A Rethymnon, les concerts du "Festival de la Renaissance" ont lieu dans une vieille église Vénitienne. Ce soir cette belle église accueille l'orchestre belge "Il fondamento"! A bientôt, @nne

    RépondreSupprimer
  4. @Roger : En effet, les vestiges du passé, nous montrent à quel point les bâtisseurs de cette époque là avaient le sens du sacré. J'ai lu, mais je n'ai pas retrouvé le document en question, que la partie supérieure du théâtre a une inclinaison moindre, pour que la perspective des marches qui partent en éventail depuis le choeur soit préservée à l'oeil.
    Quant à l'acoustique exceptionnelle du lieu, elle a été elle aussi calculée et n'est pas fortuite, mais là, je ne saurais en reproduire de mémoire l'explication.

    RépondreSupprimer
  5. @Anne : Oui, rien de tel qu'une représentation dans ce genre de lieu pour qu'ils reprennent vie. Bonne soirée à toi, si tu assiste à ce concert.

    RépondreSupprimer
  6. Je me souviens d'avoir vu et essayé de parler dans l'arène, l'acoustique était unique au monde,nous a t on dit, je m'incline bien bas devant ces realisations qui n'ont rien à envier aux performances acoustiques actuelles ! Merci pour ce "clin d'oeil" de beauté et de perfection !
    Anne

    RépondreSupprimer
  7. La magie du théâtre dans cet écrin de pierres!!!! C'est divin, grandiose et je dirais même intemporel. Magnifique billet!
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer