mardi 23 novembre 2010

Epidaure : le sanctuaire d'Esculape

Le site d'Epidaure est surtout connu pour son théâtre, mais il serait dommage de ne pas visiter également l'Asclépieion, situé en contrebas.


C'est dans cette vaste plaine qu'au Ve et IVe av. J.-C. s'est développé le culte d'Asclépios (que nous traduisons par Esculape), fils d'Apollon et de Coronis, qui fut élevé au rang de dieu de la médecine. Auparavant, un culte à Apollon lui-même, était célébré dans un sanctuaire, beaucoup plus petit, situé à l'arrière du mont auquel est adossé le théâtre.


Asclépios et le serpent, symbole du caducée
Les malades venaient de l'ensemble du monde hellénistique pour se faire soigner. Ils accédaient au sanctuaire par la porte des propylées. 

Propylées

Après s'être soumis à des purifications et avoir offert des sacrifices, ils dormaient dans l'Abaton en attendant que le dieu (en personne ou sous la forme des animaux qui lui étaient consacrés, le chien et le serpent,) leur rende visite en songe et les guérisse ou, tout du moins, leur donne des conseils que les prêtres interprétaient ensuite, en vue de la prescription de médicaments ou d'exercices. 

L'abaton en cours de restauration. Il a été prolongé au IIIe s. av. J.-C. pour faire face à l'afflux de malades.
Mais les fouilles ont mis à jour un grand nombre d'instruments de médecine qui démontrent que des interventions de médecine pratique avaient également lieu sur le site. Une "bibliothèque" rassemblait les archives des expériences médicales faites dans le sanctuaire.

Avant et après la guérison, les pèlerins procédaient à des offrandes dans les temples dédiés à Apollon, Artémis et bien sûr à Asclépios. Un des bâtiments les plus remarquable est le Tholos (édifice circulaire) qui fait l'objet d'une importante restauration.

Etat de la restauration en 2007

Parallèlement au culte, les Grandes Asclépieia furent fondées en 480 av. J.-C. Ces manifestations sportives avaient lieu tous les quatre ans et avaient pour but de divertir les malades et leurs accompagnants. On trouve donc un gymnase, un stade, et des bains. Les pèlerins étaient hébergés dans le katagogeion, sorte d'hôtellerie, divisée en quatre cours entourées de portiques.

le katagoeion et le gymnase. On distingue au fond le portique du temple d'Artémis

Le stade
Les romains y ont construit des bains, construction qui se différencie nettement de la période grecque par ses murs en briques.


bains de l'époque romaine
Le culte d'Asclépios a perduré jusqu'en 426, lorsque le pape Théodose II en décréta la fermeture, au même titre que tous les autres sanctuaires païens de Grèce.

10 commentaires:

  1. Peut-être aurai-je dû aller me soigner à Epidaure ? Mais si il fallait attendre une visite du dieu en songe, voyant déjà des dragons au jardin, je cois que j'ai bien fait !
    Qu'en pense-tu Amartia?
    Et merci au passage pour tes gentilles visites sur mon blog ...

    RépondreSupprimer
  2. Intéressant et documenté, comme toujours chez toi ! C'est un site exceptionnel et c'est vrai que focalisé sur le théâtre, on a un peu tendance à oublier dans la fournaise le sanctuaire, pourtant intéressant ...

    RépondreSupprimer
  3. @ Adiante : Oh, tu ne vois encore que des bébés dragons, ce n'est donc pas si grave docteur ! La couleuvre d'Asclépios, qu'on trouve encore dans la région d'ailleurs, peut aller, elle, jusqu'à deux mètres !
    Continue à te soigner (et à nous enchanter) dans ton jardin, ça te réussit plutôt bien.

    RépondreSupprimer
  4. @ Gine : en me documentant, j'ai découvert qu'il y a un autre sanctuaire, plus ancien, juste à l'arrière du théâtre. Je vais aller y faire un tour, je crois que j'ai repéré le chemin qui y mène.

    RépondreSupprimer
  5. Belle promenade, la blancheur des pierres et ce ciel limpide, voilà qui réchauffe notre hiver méridional...

    RépondreSupprimer
  6. Comme je suis d'accord avec toi, c'est le moment le plus inattendu, le plus fun de la visite d'Epidaure.Je me réjouis de tout lire de ta nouvelle "découverte".

    RépondreSupprimer
  7. Un pays que tellement de gens connaissent... sauf moi. Encore devant.

    RépondreSupprimer
  8. Sais-tu que j'ai utilisé ce sujet pour ma vitrine sur le *Caducée*. Et ... le serpent dans différentes cultures du monde.
    Sujet très intéressant. Comme tous les sujets, si l'on va au fond des choses.

    Un petit coucou de Lôsanne toujours enneigée. Mais les routes sont dégagées.

    RépondreSupprimer
  9. A Chypre, pareille, on peut encore voir les salles de soins, décorées de magnifiques mosaïques.

    RépondreSupprimer
  10. super top! on adore les cours de latin quand il fait 35 degrés dehors ! :p

    RépondreSupprimer