lundi 5 juillet 2010

L'antique Corinthe


Dès le Xe s. av. J.-C., Corinthe fut l'une des villes les plus importantes de la Grèce antique. Elle possédait deux ports, l'un sur le Golfe de Corinthe (Léchaion), l'autre sur le Golfe Saronique, Kenchrées. De plus, le diolkos permettait aux bateaux de traverser l'isthme. 


Au VIIIe s. av. J.-C., elle fonda deux colonies à Syracuse et Corcyre, ce qui donna une impulsion remarquable à son artisanat, à la navigation et au commerce avec l'Occident.

Pêcheurs
Ce sont les Corinthiens qui perfectionnèrent la trière (bateau de guerre). La ville  prit part à tous les combats, terrestres et navals, de la lutte contre les Perses, mais après la fin des guerres médiques, son commerce fut affaibli par l'essor d'Athènes dont la puissance maritime et commerciale était en pleine expansion. 


Armure du Ve s. av. J.-C.
L'antagonisme entre les deux cités fut la principale cause de la guerre du Péloponnèse (431-404 av. J.-C.), dont les Corinthiens sortirent vainqueurs, mais assujettis à leurs alliés, les Spartiates. C'est ainsi qu'eut lieu la guerre de Corinthe (395-387 av. J.-C.) opposant Corinthe (alliée cette fois-ci à Athènes, Thèbes et Argos) à Sparte. Je vous laisse vous reporter à Thucydide, j'avoue que je n'ai jamais réussi à le lire jusqu'au bout.


En 146 av. J.-C., la ville fut prise et rasée par le général romain Mummius. Le site resta inhabité pendant cent ans. 




reconstitution de l'ancienne ville
En 44 av. J.-C., Jules César fonda une colonie romaine sur les ruines de l'ancienne ville. Le christianisme y connut un essor rapide et l'apôtre Paul y fit une visite en 52 ap. J.-C. Quant Pausanias y passa, au IIe s. ap. J.-C., il la trouva en pleine prospérité.

Les empereurs romains contribuèrent à l'embellissement de la ville et à son développement. En 67 ap. J.-C., on commença même le percement de l'isthme, mais ces travaux furent abandonnés après la mort de Néron. 

Le déclin de Corinthe commença au IIIe s. ap. J.-C. avec les invasions barbares et le tremblement de terre de 375, suivi de l'incendie de la ville par les Goths d'Alaric. Au VIe s., Justinien fit construite le rempart de l'Isthme, long de six miles romains (7'300 m), d'où son nom : Hexamilion. Ce rempart a en grande partie été érigé au moyen de matériaux pris dans les ruines des nombreux monuments antiques. Un nouveau tremblement de terre eut lieu en 551 et fut suivi d'un nouveau déclin de l'activité jusqu'au XIe s.

L'Acrocorinthe vue depuis le site archéologique
Au Moyen Age, Corinthe connut des vicissitudes essentiellement dues à la position stratégique de l'Acrocorinthe
C'est ainsi qu'elle est tombée entre les mains : des Normands (1147), des Croisés (1210), de Florence (1353), de Byzance (1395), des Chevaliers de Rhodes (1400), des Turcs (1458), des Chevaliers de Malte (1612), des Vénitiens (1687), des Turcs à nouveau de 1715 à 1822. 


Après la libération, elle retrouva une certaine prospérité, interrompue par le tremblement de terre de 1858 qui la détruisit. Une nouvelle ville fut construite plus près de l'Isthme, mais elle fut à nouveau détruite par des tremblements de terre en 1928 et 1930. Sa reconstruction fut rapide et Corinthe, la nouvelle, reste une ville et un noeud de communication important.

Les vestiges que l'on trouve sur le site datent donc pour la plupart l'époque romaine, sauf :

le temple d'Apollon qui date du VIe s. av. J.-C. et dont il ne reste que sept colonnes monolithes (d'un seul bloc de pierre).

Peloponnese+Corinthe
Temple d'Apollon

et la fontaine Glauké, taillée dans le rocher. On raconte que c'est dans cette fontaine que Glauké (ou Créüse), fille de Créon et deuxième épouse de Jason, alla se jeter pour tenter d'atténuer les atroces brûlures provoquées par la robe empoisonnée que Médée (première femme de Jason) lui avait offerte pour ses noces.

Fontaine de Glauké

La fontaine Pirène, telle qu'on la voit aujourd'hui date de l'époque romaine, mais elle a été construite sur l'emplacement des anciens bains grecs qui dataient du VIIe s. av. J.-C. 

Fontaine de Pirène
Le temple d'Octavie se trouvait au milieu des boutiques ouest.

Temple d'Octavie
Un nombre impressionnant de boutiques témoigne de l'importance de l'activité commerciale de la ville antique.

Agora Nord
Le musée est riche en mosaïques (notamment celle de Dyonisos qui sert d'image-titre de ce blog) et en statues, dont j'admire particulièrement le plissé des vêtements.

Statues dans la cour du musée

Et pour terminer, une photo d'un chapiteau, de type corinthien bien sûr.


Peloponnese+Corinthe
Chapiteau corinthien

1 commentaire:

  1. J'ai envie de dire : quel cirque ! On peut parler d'une histoire mouvementée, non ? Je m'y perds complètement ... Mais j'ai beaucoup aimé l'endroit, et les bains romains sont vraiment bien conservés. Le petit musée est trés intéressant aussi. On ne peut que recommander cette visite.

    RépondreSupprimer