jeudi 30 août 2012

Nauplie : le musée des arts populaires


Le musée des arts populaires de Nauplie, situé dans la partie basse de la vieille ville (carte ici), est la propriété de la Fondation des arts populaires du Péloponnèse, créée en 1974, en souvenir de V. Papantoniou, par sa fille Ioanna, dans le but de conserver et de préserver les objets et plus particulièrement les costumes traditionnels du Péloponnèse et de l'ensemble de la Grèce.

Le thème de l'exposition permanente est le mode de vie dans la bourgeoisie naupliote au début du siècle dernier.  La collection est riche de dons de meubles, de vêtements et d'objets ayant appartenu à des familles de Nauplie.
.
C'est ainsi que l'on peut  y admirer la robe de baptême et un portrait de Ioanna Papantoniou elle-même,



une robe de mariée,


une salle à manger 


ainsi que les habits d'apparat inspirés de ceux portés par le roi Othon 1er et la reine Amalia


Rien de bien "populaire" dans tout ça me direz-vous ! C'est sans compter les nombreux costumes traditionnels du Péloponnèse dont voici quelques exemples



samedi 25 août 2012

Chez Spiros (Loutra Oraias Elenis)



A une dizaine de km de Isthmia (là où on peut voir le canal de Corinthe), sur la route en direction d'Epidavros, se trouve une petite station balnéaire sans charme qui s'appelle pourtant Loutras Oraias Elenis, ce qui veut dire les bains de la Belle Hélène !

Mais si je vous parle de ce lieu, c'est qu'on y trouve LA taverne. Celle de Spiros.

Spiros
La photo parle d'elle-même, non ? Il met toute son énergie et son savoir faire au service de ses clients et il mène tout son petit monde - c'est une taverne familiale - sans un mot plus haut que l'autre, avec une efficacité tant dans l'excellence de la cuisine qu'il propose que dans la rapidité du service. Il a toujours l'oeil à tout !

Si en été on peut déguster sur une terrasse les pieds dans l'eau





en hiver, c'est au coin du feu que cela se passe.



Les poissons du jour, ou les côtes d'agneau, accompagnés de frites et de salades, tout y est préparé avec attention et parfois même à côté de vous, histoire de papoter un peu avec les habitués.




Mais ce qui me ravit par-dessus tout, chez Spiros, c'est le cadre. Une "décoration" qui tient plus de l'amoncellement des objets au fil des ans, que du dernier design. Du coup, c'est toute l'histoire de la taverne qui est présente, là sous vos yeux.



 On aura reconnu Hardy, ayant perdu son Laurel



Un tableau à la gloire des bistrots, lieux de rencontres par excellence



Sans oublier les cages pour canaris trônant fièrement au-dessus du frigidaire



Et lorsqu'on quitte la table, le désordre qui y règne témoigne bien de la générosité du repas.



C'est une adresse que je vous recommande, soit en venant d'Athènes, après un arrêt au Canal de Corinthe, avant de poursuivre la route pour Nauplie (voir la carte), soit au départ de Nauplie sur la route du retour sur Athènes, ou tout simplement, comme je le fais moi-même, comme but unique de la sortie.